Les partenaires


8 pays européens en guerre contre les pratiques abusives


La réponse du loup à la bergère. En juin dernier, 10 pays européens, emmenés par la Pologne, dénonçaient la volonté française d'encadrer le régime social des conducteurs étrangers circulant en France. Une procédure était ouverte par la Commission.

En réponse, huit pays européens (France, Allemagne, Norvège, Danemark, Autriche, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg) ont pris la plume et écrit à la Commission pour  dénoncer le fait que "les activités illégales, l’émergence de sociétés écrans et les pratiques commerciales déloyales sont de plus en plus fréquentes" et estimer "de plus en plus nécessaire de déployer des moyens importants pour lutter contre ces pratiques abusives".

Les huit pays souhaitent notamment que «l’application de règles et de normes sociales similaires au niveau de l’UE soit un préalable à toute discussion portant sur un approfondissement de la libéralisation du marché du transport routier».

Ils attendent aussi des mesures «pour mettre un terme aux activités des sociétés écrans pour éviter le développement déraisonnable de l’utilisation des véhicules utilitaires légers » dans le transport international de marchandises.