Les partenaires


Accords salariaux dans le TRM : +1,8 % en 2019


Au cours des dernières semaines, le niveau des rémunérations dans le transport routier a connu deux accélérateurs de hausse : l’extension des accords 2018 sur les frais de déplacement et la signature d’accords de revalorisation des salaires pour 2019.

En mars et avril 2018, les fédérations patronales du transport routier et les syndicats de salariés signaient deux accords de revalorisation des salaires et des frais de déplacement (accord couvrant par extension les activités de commissionnaires et auxiliaires). Les hausses se sont appliquées de facto aux entreprises adhérentes aux organisations signataires (Otre, FNTR, TLF). Mais pas aux autres. Or il est de coutume de prendre assez rapidement un arrêté dit d’extension s’imposant à toutes les entreprises relevant de la convention collective.

Il aura cependant fallu attendre plus d’un an pour que cet arrêté d’extension soit publié (au JO du 25 avril dernier), créant ainsi un indéniable élément de distorsion de concurrence, dont on peut quand même supposer qu’il fut compensé par des accords internes aux entreprises.

Une curiosité n’arrivant jamais seule : les partenaires sociaux ont signé le 15 mai dernier un accord de revalorisation des rémunérations applicable au 1er juin 2019 pour les seules entreprises adhérentes (à noter que TLF n’a pas signé l’accord). Pour les autres (et donc cela concerne aussi les adhérents TLF), il faudra attendre le fameux arrêté d’extension. Résultat : le phasage entre adhérents et non adhérents n’aura duré qu’un mois !!

Pour revenir sur les chiffres : l’accord du 15 mai 2019 constitue un pas historique : personne n’est en dessous des 10€/h. Les coefficients d’entrée pour les personnels 110 à 120 M est désormais de 10,1€ (+1,8%). Les 150 M (conducteurs expérimentés) passent de 10,21 à 10,39 (+1,76%). D’une manière générale, l’ensemble des coefficients a été valorisé autour des 1,8 %.

Les revalorisations des frais de déplacement n’ont pas été inclus dans cette négociation et à ce niveau à on en reste donc au dispositif de 2018 étendu en avril 2019 (les discussions actuelles partent sur une proposition de hausse de 1,4%).