Les partenaires


Hausse des coûts pour 2017 : entre 1.2 et 2.1%


Le CNR vient de mettre en ligne son étude annuelle qui permet aux entreprises de TRM de fonder leurs demandes d'ajustements tarifaires à partir d’arguments économiques objectifs et fiables. Ce document retrace les évolutions de coûts d’exploitation d’un poids lourd survenues en 2016. Parmi les plus marquantes, on peut citer les augmentations des coûts de personnel de conduite et de frais de déplacement, mais aussi la hausse annuelle des péages autoroutiers de classe 4.

Pour la hausse des coûts sociaux, qui est le principal facteur impactant les coûts de revient hors gazole, le CNR a établi deux hypothèses, compte tenu du fait que les négociations paritaires pour revaloriser les minima conventionnels de rémunération et de frais de déplacement n'ont toujours pas abouti :
- Un profil de prévision P1, fondé sur des hypothèses d'évolutions limitées des coûts de personnel pour 2017 et calculé à partir de l’évolution moyenne des trois dernières années (hausse des salaires de +0,9 % et hausse des frais de déplacement de +0,6 %.)
- Un profil de prévision P2, fondé sur des hypothèses d'évolutions plus marquées des coûts de personnel (hausse des salaires et des frais de déplacement de +2 % en 2017).

Dans le cadre de la première hypothèse, le CNR estime que les coûts hors gazole vont augmenter de 1.2% pour les référentiels 40t longue et courte distance et de 1.3% pour le porteur régional. Dans le cadre de la seconde hypothèse, les coûts augmenteraient de 1.9% pour le 40t longue distance, de 2% pour le 40t courte distance et de 2.1% pour le porteur régional.

Pour obtenir ces résultats, le CNR s'est basé sur plusieurs scénarios concernant les autres postes de coûts :

- Augmentation de +0,8 %  des  coûts  indirects  de  structure, hors personnel sédentaire, ce qui
correspond au taux d'inflation moyen retenu dans le cadre du projet de loi de finances pour 2017.

- Hausse de 1.3% du poste "matériel" qui comporte le coût de détention du matériel et les assurances (véhicules + marchandises). Le CNR a tenu compte des taux de renouvellement progressif des parcs moteurs en Euro VI (mais cet impact se dilue au fil des années). Et compte tenu de l’incertitude régnant sur les marchés financiers, le CNR a retenu une hypothèse pour 2017 de stabilité des taux d’intérêt.

- Le poste maintenance prendrait 0.8% en raison notamment d'une hausse des salaires des personnels d'atelier (+0.8%), mais également d'une hausse des pneumatiques de 0.8% (produit qui repart à la hausse après plusieurs années de baisse).

- Les péages devraient augmenter de 1%. En effet, le Comité des usagers s’est réuni le 25 novembre 2016. Il en ressort une inflation prévisible des péages de classe 4 de +1,0 % en 2017, applicable au 1er février.

Enfin, le CNR tient à préciser que certains éléments de surcoûts,  pourtant identifiés n'ont pas pu être
retenus dans les calculs :
- Les conséquences de l’obligation d'information sur les émissions de CO2 à compter du 1er octobre 2013. Il ressort des premiers témoignages collectés par le CNR que les coûts induits sont d’ordre organisationnel et informatique et restent très dispersés par entreprise.
- Les  variations  du  prix  d’Ad  Blue, peu prévisibles pour 2017. Le poids de l’Ad Blue reste cependant mineur (de l’ordre de 0,3 %)..
- Les  variations  de  péages sur d'autres portions que le réseau autoroutier. Cas par exemple de la nouvelle taxe kilométrique belge et des fortes hausses de la taxe kilométrique suisse RPLP pour 2017  (+11,2% pour les PL Euro6).
- Les surcoûts directs et indirects liés au dispositif pénibilité.