Les partenaires


Péage périphérique parisien : info ou intox ?


La presse s’est faite l’écho ces derniers jours d’une drôle d’information : « le Conseil de Paris s'apprête à voter, fin septembre, la mise en place d'un péage de transit poids lourds sur le boulevard périphérique. » (Le Figaro, 22 septembre). S’en suit une explication confuse où ce péage de transit serait une sorte de copie conforme de l’EcoTransit (mais uniquement sur le périhérique parisien), où les portiques serviraient de modalités de perception avec une période « à blanc » qui démarrerait le 1er octobre et où les seuls PL concernés seraient les véhicules de «transit international» (sic !). Le tout étayé par des déclarations de Christophe Najdovski, adjoint au maire EELV chargé des transports.


Outre le caractère relativement provocateur au plan politique de cette déclaration, arrêtons nous un instant sur les aberrations juridiques de telles hypothèses :

  • Le périphérique parisien fait partie du réseau des 4000 kilomètres déjà concernées par l’EcoTransit.Pourquoi en faire aujourd’hui un cas à part ?
  • La tarification et les modalités de perception ne peuvent être dissociées du cadre général. Où bien le système de l’EcoTransit se met en place et le périphérique parisien sera appréhendé comme le restant du réseau (boîtiers, SHT, etc.). Où bien le système ne se met pas en place et le Conseil de Paris ne dispose en l’état d’aucun socle juridique lui permettant de se lancer seul dans une telle histoire.
  • Il est interdit de limiter un tel péage au seul cas de transit international.
  • Les portiques ne servent pas à enregistrer les véhicules en vue de la perception de la taxe, mais sont là uniquement pour le contrôle.

Bref, espérons que cette information est une mauvaise interprétation journalistique de propos plus ou moins confus tenus par des élus peu au fait des subtilités du process EcoTransit PL (du style le vote de septembre est un simple soutien à la mise en place de l’EcoTransit). Si tel n’était pas le cas, le Conseil de Paris friserait le ridicule !