Les partenaires


Pénurie de conducteurs : la situation s'aggrave


Le nouveau Rapport de l’Observatoire Prospectif des emplois et des qualifications dans les Transports et la Logistique (OPTL) confirme les prévisions de croissance annoncées un an plus tôt pour 2016. Tout semble même indiquer un record du nombre de salariés travaillant dans la branche en 2017. Avec toutefois une vraie difficulté : des besoins en recrutement élevés que le déficit de candidats ne permet pas de satisfaire.

L'OPTL estime ainsi qu'à la fin 2017, la branche transport comptera 700 000 salariés, soit une augmentation de 3.2% par rapport à 2016 (où la hausse par rapport à 2015 avait déjà été de 2.9%). Un record. Tous les secteurs sont aujourd'hui créateurs d'emplois (transport routier de marchandises, manutention, auxiliaires de transport, etc.). 45% d’entreprises interrogées début 2017 avaient annoncé des recrutements (en cours ou réalisés) d’ici la fin de l’année – jusqu’à 60% des entreprises dans le transport routier de voyageurs. L'OPTL constate également une très forte hausse des entreprises indépendantes (sans salariés). En 2016, les créations d'établissements sans salarié ont été multipliés par plus de 2.6 par rapport à 2015 (livraison urbaine et à domicile)

Plusieurs indicateurs montrent que les tensions dans le secteur sont très fortes et que la pénurie est loin de s'achever :

- L'âge moyen des salariés continue à augmenter. Il est de 44 ans. En 2016, plus de la moitié des salariés ont plus de 45 ans (contre un tiers seulement dix ans plus tôt).

- Les offres d'emploi continuent à progresser fortement (+11% en 2016, avec un chiffre de +27% pour la conduite longue distance en transport routier de marchandises).

- Le nombre estimé de nouveaux conducteurs routiers (PL, autocars, ambulances) qu’il faudrait former en 2018 pour faire face aux besoins annuels en renouvellement (retraite...) et aux créations nettes d’emplois de la branche est de 45000

Résultat : le nombre d’entreprises déclarant éprouver des difficultés de recrutement en 2017 a été de 33% et nul doute que ce taux devrait s'accroître en 2018.