Les partenaires


Transport routier : nette amélioration des comptes en 2017


Transport routier : nette amélioration des comptes en 2017

Les chiffres macro-économiques ne veulent rien dire en tant que tel et une entreprise A n’aura pas connu les mêmes évolutions qu’une entreprise B. pour autant ils donnent une indication générale. Et force est de constater que 2017 s’avérera comme une année plutôt faste.

La toute dernière mouture des Comptes des Transports vient d’être édité par le service statistique du ministère des Transports. On y apprend ainsi qu’en 2017, le chiffre d’affaires de la branche transport routier et déménagement a été de 48,572 milliards d’euros, en hausse de 6 % (après une hausse de 3 % en 2016). Ce chiffre est à rapprocher des hausses de trafics en 2017 qui ont été d’environ 9.8 % pour le transport compte d’autrui (plus de 3.5t) et de 3.3 % pour les moins de 3.5t. Tout cela laisse supposer que la croissance du chiffre d’affaires en 2017 est donc largement le fait de la hausse des trafics et non de la hausse des prix unitaires des transports (pourtant ressentie par les chargeurs).

Plus intéressant est la nette progression des soldes intermédiaires. La valeur ajoutée brute est passée de 16,3 Mds d’€ à 18,14, soit une hausse de 11 %. En 2017, les charges de personnel ont été relativement bien maîtrisée avec une hausse de seulement … 5 % (à 14,4 Mds d’€). Résultat final : l’EBE (excédent brut d’exploitation) connaît une véritable envolée de 1,9 Mds d’€ à 2,7 soit une hausse de 42 %. Du jamais vu depuis plus de 10 ans. Le taux de marge (EBEB/VAb) approche ainsi les 15 %.

Les résultats macro économiques sur les RCAI (résultats courant avant impôts) et les résultats nets ne sont malheureusement pas disponibles. Mais on sera indubitablement largement au-delà du milliard d’euros constaté en 2016 pour avoisiner les 2 milliards.

Attention : l’année 2018 pourrait bien être en trompe l’oeil. On a d’un côté un tassement constaté de la croissance des trafics (sur le premier trimestre le compte d’autrui +3,5t a progressé certes de 1,7 % mais sur un trend inférieur aux trimestres précédents). De l’autre un accroissement des prix unitaires. Ce qui fait par exemple qu’en messagerie, depuis le début de l’année, le chiffre d’affaires progresse alors que les trafics diminuent. Le tout dans un contexte de forte hausse des prix des carburants (l’indice CNR gazole a pris 8,5 % depuis le début de l’année) et de hausse des coûts salariaux. Nul doute que la VA et l’EBE devraient s’afficher en repli.